AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Elnadis, la caravane n'avancera plus.

Aller en bas 
AuteurMessage
Elnadis
Visiteur


Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 02/07/2008

MessageSujet: Elnadis, la caravane n'avancera plus.   Mer 2 Juil - 11:23

Chapitre un : l'insouciance


Le doux balancement de la caravane laissait porter loin Elnadis dans ses rêves.
Le chant des oiseaux, le soleil d'un printemps avancé, le parfum des fleurs, le souffle rafraîchissant de la brise, tout portait à faire la sieste.
La route défilait lentement depuis bientôt deux heures. La roulotte, en plein milieu du convoi suivait le restant de la file, tel le mouton suivant le reste du troupeau.

- " Elnadis! Quand vas-tu descendre de la? "
- " Je profite du soleil! tu as besoin de moi?"
- " Non ma fille, ton frère vient seulement de s'endormir, sa fièvre est redescendue alors je n'ai plus rien à faire."
- " Tu veux que je vienne te lire les cartes?"


La mère sourit, sa main gauche accrochée sur une barre de soutien de la toiture, et la droite protégeant ses yeux du soleil. Le silence qui servait de réponse suffit pour faire descendre l'Aquilonienne de son perchoir.

Toutes deux entrèrent dans la carriole, entièrement couverte d'objets exotiques et étranges, de symboles occultes, de livres aux noms aussi intriguants les uns que les autres.
Certains ouvrages semblaient avoir survécu au ravages du temps, d'autres ne tenaient plus que miraculeusement à leur reliure. L'air était imprégné de nombreux parfums, et une fumée assez légère d'encens faisait baigner le tout dans une ambiance ésotérique.
Chaque bosse ou pierre faisait faire un tintement assez bruyant de toutes les verroteries et bijoux qui étaient en ce lieu.

La matriarche s'assit lentement, après avoir ôté de la table ronde les quelques objets qui trainaient dessus, tout en prenant une précaution importante en posant à un endroit sûr la boule de cristal. Elle sortit de sous son siège une boite en bois, qu'elle ouvrit avec une lenteur qui lui semblait naturelle, et récupéra une autre boite à l'intérieur, plus petite, qu'elle tendit avec solennelité à sa fille.

Elnadis l'ouvrit, et en récupéra les vieilles cartes, qu'elle posa sur la table, tel un rituel mainte et mainte fois refait.
Cette fois ci pourtant, elle se releva, et s'avança dans un coin couvert par les pénombres et la fumée de la roulotte.
Dans ce coin se trouvait un lit, modeste et de taille moyenne. Sur ce lit, un homme. Un homme au linge mouillé sur le front, un homme dans un sommeil profond, un homme blessé, un homme qui dormait depuis déjà plusieurs jours, un homme source d'inquiétude.
Le regard d'Elnadis restait fixé sur son visage, dans un sentiment mitigé d'impatience, de tristesse et de soulagement.

- " Ne t'inquiète pas pour lui mon enfant, viens plutôt la", fit l'ancienne, et qui rajouta une fois qu' Elnadis revint a sa place, "n'ai pas peur, le pire est derrière lui".

Elle sourit, un sourire toutefois un peu forcé, et pris enfin les cartes en main.
Elle fit un grossier mélange, puis tendit le paquet à sa mère, qui les coupa, puis les tendit en retour.
La main droite d'Elnadis se saisit de la première carte, et la posa face cachée sur le bois de la table, pendant que l'ancienne regardait avec un étonnement prononcé sa fille faire. Elle continua, et en retourna trois autres avant qu'elle soit interrompue.

- " Je peux savoir ce que tu fais? "
- " Et bien... je te fais les cartes, pourquoi cette question? "
- " Tu n'as pas l'impression que... quelque chose cloche? "


Elle posa le paquet à coté d'elle, puis regarda un peu partout... que voulait-elle dire? La table était prête, les cartes étaient rapidement mélangées, coupées par la main qui voulait entendre, distribuées avec la ...

- " La main du cœur! " dirent ensemble les deux femmes, qui ne purent s'empêcher de rire.
- " La main gauche bougre d'ânesse, la main du cœur! Pas la main droite!" continua-elle en souriant.
- " Excuse moi maman, j'avais la tête ailleurs... c'est normal que le frangin ne soit toujours pas réveille?"
- " Ha... j'étais sure que c'était ça qui te tracassait... il a fait une grosse chute, il est tombé du haut du chapiteau, il a eu une chance folle de retomber sans se tuer. Je te l'ai dit, le plus dur est derrière lui, il se remets doucement, c'est juste une question de temps, je pense même d'heures. Maintenant remets toi au travail mon enfant, ne fait pas attendre les dieux. "

Toutes deux reprirent le rituel du début, remelangeant les cartes, recoupant, et distribuant face cachée sur la table avec la main du cœur la moitié du paquet.

- " Alors maman? Quels chiffres?"

- " le 18..."

Elnadis compta, et mit de coté une des cartes, puis les deux femmes continuèrent, jusqu'à ce que cinq chiffres, et les cinq cartes correspondantes soient mises de coté.

- " Et ta question? "

- " Ton frère. "


La cartomancienne s'arrêta, et regarda sa mère, l'inquiétude des réponses venant à elle... qu'allaient dire les cartes? Et si elle annonçaient sa mort? ou pire encore, si il se réveillait et était devenu un légume?

Elle chassa ces idées trop sombres de son esprit, et tourna successivement les cinq cartes. Les faces visibles ne laissaient rien apercevoir, rien que plus que des paysages, des formes, un carré pour celle ci, des personnages finement dessinés, ou des situations.
L'index gauche d'Elnadis effleura la première, et ses yeux virent ce que traçaient pour elle les forces divines, jusqu'à ce que son doigt arrive à la dernière.

La carte du paysage s'accrementait d'un chemin, ou passait le convoi, le carré de la carte se tordait pour devenir un lit, le lit ou dormait son premier frère... les autres cartes firent de même, elles lui montrèrent son frère, se lever aux aurores de son lit de douleur, guéri, son sourire comme avant, descendant de la roulotte, et rejoignant le convoi de tête, son rire perçant traversant l'air. Elle se vit dans ses bras, célébrant ses retrouvailles, le feu de camp , les guitares jouant les airs enjoués, la danse, la fête et la liesse.

Reprenant ses esprits, comme on sort d'un sommeil léger, elle posa son regard vers sa mère, qui comprit la teneur de ses visions à la vue du sourire qu'elle arborait.

- " Alors! Dis moi! "


Elle qui avait tout appris a son enfant, elle n'avait pas la possibilité de faire pour elle même.L'ironie même de la cartomancie... ceux qui voient, ne peuvent voir pour eux, juste pour les autres... être si voyant et en même temps tellement aveugle...

- " Tout ira bien, d'ici peu il se relèvera, et il n'aura aucune séquelle de sa chute !"


L'ancienne regarda son enfant alité, puis se leva et alla l'embrasser sur le front, le visage ému.
Elle lui caressa les cheveux, pris son linge mouillé, et le retrempa dans la bassine d'eau, le tordit pour en enlever le plus gros, puis lui reposa sur le front.

Le soleil commençait à percer à travers les volets de la roulotte.

Et lorsque le soir viendrait, les guitares résonneront, le feu sera allumé, les danseurs et danseuses tourneront autour, car Elnadis sait que pour elle, c'est une période d'insousiance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruda
Visiteur


Nombre de messages : 92
Date d'inscription : 01/06/2008

MessageSujet: Re: Elnadis, la caravane n'avancera plus.   Mer 2 Juil - 16:05

[hrp] très bien rédigé et j'attend la suite avec impatience^^[hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyngail
Membre de L'esprit


Nombre de messages : 340
Date d'inscription : 28/05/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Elnadis, la caravane n'avancera plus.   Mer 2 Juil - 19:18

[Hrp]
Tout pareil que notre marmonneur-dans-sa-barbe, en fait.

Et au passage, bienvenue ici. Ravie que tu ais décidé de venir. Wink
[/Hrp]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rempartdecimmeria.forumsactifs.net
Elnadis
Visiteur


Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 02/07/2008

MessageSujet: Re: Elnadis, la caravane n'avancera plus.   Mer 2 Juil - 22:19

Chapitre 2 : Que la fête commence!


- " IL EST REVENU A LUI! IL EST RÉVEILLE! " hurlait-le dresseur de tigres.

Ce n'était pas un secret du tout... plus pour Elnadis et sa mère, qui l'avaient lu dans les cartes. Cela n'empêcha pas pour autant la diseuse de bonne aventure de courir, et de se jeter dans les bras de son grand frère, le serrant de toutes ses forces contre lui, pour ne plus jamais qu'ils soient séparés.
C'est dans ces moments la qu'on se rends compte comme la vie tiens à peu de chose, et le bonheur aussi, il suffit d'un rien, d'un instant, dans ce cas c'était un pied de quelques centimètres sur le coté, et une vie pouvait s'arrêter.

- "Espèce de débile! tu n'aurais pas pu faire attention non? " marmonna Elnadis, calée dans les bras du réveille.

- "Allez sœurette, je sais que toi et maman vous m'avez pouponné, tu es comme elle aime ça et toi aussi..." lui répondit il, en ébouriffant les cheveux de sa sœur.

Une bonne partie de la caravane vint voir ce que certains d'entre eux appelaient "le miraculé". Les témoins de la chute l'avaient tous dit : "Il est béni s'il s'en sort". Le haut du chapiteau était à une bonne quinzaine de mètres, et en le démontant, son pied a glissé, l'entrainant droit vers le sol.
Devant lui, les gens affichaient un sourire radieux, on l'embrassait, lui posait une main sur l'épaule, lui serrait la main. "A croire qu'il est plus un héros qu'un maladroit" pensa sa sœur.

Elle relâcha son étreinte lorsqu'un gaillard colossal, de presque 2 mètres, tout en muscles, fit son apparition, le deuxième frère d'Elnadis, le plus grand, fort comme trois hommes, aux bras si puissants qu'il avait trouvé tout de suite une place bien à lui dans la caravane.
C'était le monsieur muscle, il arrivait a tordre des barres de fer à la main, il portait les gens a une main, tractait des charrues à la seule force de ses muscles.
Des muscles en acier, et un cœur un or, un homme toujours la pour aider ou conseiller, une sensibilité à fleur de peau. De telles qualités l'amenaient plus tard à être le prochain chef de la caravane, lorsque... autant ne pas parler de ce genre de situation, qui n'arrivera que bien trop tôt.

Les deux frères se prirent dans les bras l'un et l'autre, et le plus jeune semblait fin comme une allumette face à l'autre. Ils chahutèrent un peu, mais devant la fragilité encore trop présente du blessé, ils préférèrent en rester la.

- " Tu te sens repartant pour remonter sur le toit du chapiteau? D'ici ce soir nous serons arrivés à la prochaine ville" lui lança l'armoire

- " Bien sur! j'ai encore les jambes un peu f..." eut-il le temps de répondre avant que leur sœur ne les coupe.

- "QUOI QUOI QUOI QUOI??? TU NE REMONTES NUL PART TANT QUE TU N'ES PAS COMPLÈTEMENT REMIS D'APLOMB"

Lorsque la caravane repris son chemin, l'ambiance n'était pas la même, les caravaniers chantaient, la lassitude avait fait place a la joie, l'inquiétude avait fait place a la confiance.
Au loin défilaient les plaines, les monts, les chemins, les routes, puis, alors que le soleil descendait timidement vers sa couche, une ville.

Arrivé a un espace assez grand pour les recevoir tous, l'assemblement de roulottes ralentit doucement, certaines doublant d'autres pour se placer à des endroits précis, comme une lente danse ou les partenaires connaissent les pas répétés depuis des années, pour finir par former un cercle parfait, avant de s'arrêter.

A peine descendus, une dizaine d'entre eux partit dans les bois environnants, armés de hache. tous revinrent les bras chargés de fagots de bois, de buches et de troncs. Rapidement, alors que tous œuvraient à certaines taches, un grand bucher fut préparé, et lorsque le soir tomba, on l'alluma.

- "QUE LA FÊTE COMMENCE!" hurla quelqu'un.

Les airs de guitare s'entendaient loin autour, les percussions résonnaient, et les tonneaux furent percés.

Lorsque les danses commencèrent, nombreux furent ceux qui voulurent inviter Elnadis. Après tout c'est aussi pour çà qu'elle faisait partie de la troupe, c'était elle la danseuse.
Son numéro, qui passait peut être de manière plus discrète entre deux autres les soirs de représentation, n'était quand même pas moins très prisé, surtout par les hommes. La danse des mille voiles qu'elle exécutait laissait voler autour d'elle de nombreux voiles, qui, par la grâce de ses gestes, formaient comme une brume de tissu qui flottait autour d'elle.
Sa danse lente et sensuelle permettait de "réveiller" le public, pour ne pas dire de "réchauffer" la salle.


Toute la soirée ne fut que danse, chants, fête et ripaille.
Le lendemain, certains qui chantèrent et burent, déchantèrent, avec la tête dans un étau, et un gant de toilette a la place de la langue.
Pourtant, il fallait se mettre au travail, pour le soir, les tentes devaient être montées, le chapiteau devait être prêt a recevoir les spectateurs, les artistes, les fauves venus des quatre coins de ce monde, tout devait être monté, il y avait du travail pour tout le monde...

Tout le monde sauf...


- "NON NON NON ET NON!!!" cria Elnadis à son frère juste remis de sa chute.

- "Maiiiis... c'est trois fois rien, juste quelques paquetages a porter... en hauteur..." répondit il, voix basse.

Leur mère vint se joindre aux inquiétudes de sa fille, pour empêcher le plus jeune des frères de faire une nouvelle bêtise, qui dut renoncer face à l'opiniâtreté des deux femmes.

Pendant ce temps, d'autres personnes allèrent à la ville toute proche, annoncer l'arrivée de la caravane, leur parler de leurs spectacles à couper le souffle, et leur demandant de venir nombreux.

Ce soir encore, le chef de la caravane, devant une salle comble, parlera, faisant monter l'attente, et finira comme d'habitude son discours d'entrée par son fameux : "QUE LA FÊTE COMMENCE!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Elnadis, la caravane n'avancera plus.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Elnadis, la caravane n'avancera plus.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quel Gps choisir pour une caravane.
» itinéraire: arrêt ou pas aux étapes intermédiaires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Rempart (partie RP) :: Le feu de camp-
Sauter vers: