AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Amor patriæ nostra lex

Aller en bas 
AuteurMessage
Alrisha
Visiteur
Alrisha

Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 11/09/2008

MessageSujet: Amor patriæ nostra lex   Ven 3 Avr - 11:32

"Le soleil est presque levé." fit remarquer la jeune femme en dégageant son front, d'un geste vif, de l'une de ses mèches dorées.

Elle se tenait près de la fenêtre, son regard bleu plongé, à travers la vitre, sur les hautes silhouettes des montagnes des plaines de Lacheish, mais tourna bientôt la tête vers l'intérieur de la pièce, et elle se laissa aller contre l'appui, s'adossant contre le mur.

"T'as pas fini encore ?"

Son interlocutrice leva la tête pour croiser son regard. Que dire ? Cela faisait des heures qu'elle s'attardait sur cet écrit.

"Presque.
- Non, parce qu'on devait y aller au crépuscule, je crois me rappeler...
- C'est pas plus mal, alors. Voyager de nuit...
- Pour ce que j'en dis ! Ce n'était pas mon idée."

Dementieva croisa les bras d'un air résigné. Elle qui n'aimait pas rester à rien faire... Depuis des heures, elle attendait la fin de la rédaction d'une lettre manifestement impossible à achever. Elle résolut d'attendre encore un peu, puisque de toute façon, elle avait trouvé une ressource de patience jusque là totalement inconnue d'elle-même, surgie d'on ne savait où.
Ce regain de patience devait être récompensé, car quelques instants plus tard, Alrisha se leva, et plia la lettre.

"J'ai fini." annonça-t-elle en agitant le parchemin. Elle lui fit face et reprit. "Tu es sure de vouloir partir ?"

Dementieva acquiesca et reprit en souriant.

"Je dois la vie à Lyngail, elle m'a sauvée. Et à Maître Aernys, grâce à lui j'ai appris des choses que je n'aurais jamais appris par moi-même. Et je leur serai toujours loyale. Mais le moment est venu de retourner servir mon pays.
- Je vois...
- T'as pensé à parler de la fiole, hein ? Lis moi la lettre !
- J'ai écrit ce que tu m'as dit d'écrire, Dementieva.
- Lis la moi quand même."

Alrisha n'était pas de nature contrariante, elle déplia l'écrit et commença.


"Chers amis, membres du Rempart.

Je pense que mon départ ne vous surprendra pas, et si ce devait être le cas, alors je vous demande de me pardonner, car en rien il n'est dirigé contre le Rempart, ses idéaux, ses valeurs, et encore moins ses membres. J'aime et respecte sincèrement chacun d'entre vous, et mon regret est de n'avoir pas pu davantage connaître les derniers arrivants.
Je pars pour l'Aquilonie, car j'ai demandé au Général Sylvaelius de m'intégrer à la Légion, et il a accepté. Cette requête est le fruit d'une très longue réflexion, car depuis longtemps mon voeu était de...

- Tu parles pas de la fiole, là.
- Oui, parce que je suis loin de la fin, encore ! Donc... ...puislongtempsmonvoeuétaitde... Ha. ...Depuis longtemps mon voeu était d'oeuvrer pour l'Aquilonie, qui est, comme certains le savent, mon pays de coeur. Je ne souhaitais pas partir tant que le Rempart avait un besoin trop vif de ses membres. L'organisation est à présent renforcée par l'arrivée d'âmes pures et fortes qui soutiendront la présence attentive des dirigeants, aussi vais-je poursuivre mon chemin.
- Bla bla bla. Parle de la fiole plutôt.
- Mais j'en ai parlé de ta fichue fiole !
- J'ai pas entendu.
- Normal, c'est après ! Arrête de m'interrompre ! Euh... j'en étais où... Ah, oui. Quoiqu'il en soit, sachez qu'en cas de besoin ou de simple envie, je serai toujours là pour chacun de vous. Je vous dois plus que vous ne sauriez l'imaginer. Lyngail, Venom et Aernys m'ont accueillie et m'ont fait confiance. Je me suis efforcée de me montrer digne de cette confiance, et de ne jamais salir leur nom ou celui du Rempart de Cimmeria. C'est de cela dont je suis le plus fière. J'espère seulement avoir été à la hauteur de vos attentes, au sein du clan et aussi au sein du Coeur.
Lyngail, mes pensées vont vers toi. Jamais je n'ai rencontré femme plus forte et plus fière, jamais je n'ai croisé coeur plus noble. Il n'y avait de meilleur choix que toi pour diriger une institution comme le Rempart.
Venom, puisse-je un jour atteindre la sagesse qui t'habite.
Aernys...
" Elle marqua une pause en esquissant une moue.
"Eh ben ? Je t'écoute.
- Non, c'est pas ça, mais... Enfin... A la relecture, je trouve que... Bon.
Aernys, Je n'ai jamais compris quoi que ce soit à ce que tu es et fais, mais tu as eu et gardes ma sympathie.
- ... Ah ouais, c'est sûr, ça casse le rythme. Enfin, c'est sincère, au moins. Vas-y poursuis.
- Thorwall, que les esprits te gardent et te guident, et que la puissance qui s'éveille en toi continue à oeuvrer pour faire le bien.
Lunao, la beauté de ton visage ne cesse d'être chantée, mais celle de ton âme la surpasse encore. Prends soin du Coeur et de mon frère.

- Hein ?
- Quoi ?
- Lunao, pourquoi elle prend soin du blond ?
- Euh... Je ne sais pas, en fait... Je crois qu'ils s'entendent plutôt bien... Ca m'a paru assez naturel d'écrire ça... Enfin, j'ai pas spécialement réfléchi en écrivant, j'ai fait ça spontanément... De toute façon, je ne peux pas effacer.
Sitkamon, ton chemin t'a mené au Rempart, et j'espère que tu y trouveras ce que tu cherchais, aux côtés de personnes dont le coeur est aussi bon que le tien.
Nakhti, Tyrsha, j'aurais aimé pouvoir mieux vous connaître, car la confiance qu'a mis Lyngail en vous est pour moi la preuve d'une grande valeur humaine.
Khrauzer. Mon frère. Voudrais tu bien aller me chercher quelques organes de wargs et me les apporter lors de ta prochaine visite ? Merci d'avance.

- Il va être content...
- J'espère recroiser chacun de vous dans un avenir proche. Dementieva souhaite m'accompagner, car son coeur la rappelle sur sa terre natale. Elle me charge de vous assurer de sa loyauté envers Lyngail, vers qui elle accourra au moindre appel, ainsi que de respectueux remerciement à Aernys, qui lui a enseigné alors qu'elle ne savait rien.
- J'avais dit "respectueux ?"
- Oui.
- Ah ben je m'en rappelle plus, alors....
- Elle tient également à préciser à Aernys que ce n'est absolument pas elle qui a cassé la fiole qui se trouve sur la troisième étagère à gauche après l'entrée dans le second laboratoire, et qu'il n'est donc pas de sa faute que le liquide jaune qu'il contenait ait coulé sur le vieux grimoire qui a une couverture déchirée sur le côté droit, et qu'il serait donc inconvenant de lui jeter un sort pour la punir de cela.
- Ah ! C'est parfait.
- Franchement... Tu sais que c'est flagrant ?
- Mais non, c'est très crédible.
- Ainsi donc, nous partons, mais puisse le destin faire que cette lettre ne soit pas une lettre d'adieu, et que chacun de vous comprendra pourquoi nous vous quittons."

Dementieva lui adressa un vigoureux signe de tête, et, après un dernier regard à la pièce, elles sortirent du bâtiment.
Leurs pas les menèrent tout d'abord au baraquement du Poing, encore désert à cette heure. Les lieux ne tarderaient plus à s'animer, car le soleil venait de faire son apparition. Cependant, elles avaient une très longue route à faire, et ne pouvaient plus s'attarder. Alors, elles entrèrent, Dementieva saluant le garde qui veillait sur l'entrée tandis qu'Alrisha faisait un immense détour pour conserver une distance de sécurité entre elle et lui. Elle déposa la lettre sur le bureau de Lyngail, puis tira de son sac un autre parchemin plié, qu'elle alla plcer sur la table où Khrauzer avait coutume de s'installer pour compulser sa paperasse. Elle y jeta un dernier regard.

"Khrauzer, je t'en avais parlé, j'ai pris ma décision. Je comptais aider la Légion de loin, mais la situation du Rempart me permet maintenant de les rejoindre. Je sais que tu as du mal à l'admettre, mais j'aime l'Aquilonie comme si je lui appartenais. Jamais un projet ne m'a plus enthousiasmée que l'Académie de Tesso, je vis et me suis mariée à un aquilonien en terre aquilonienne et c'est aussi le pays de naissance de mon enfant. Tout m'y rapporte et ce pays s'harmonise à mon énergie, je veux m'y consacrer de toute mon âme. Je veux que tu saches que c'est moi qui ai fait cette démarche et moi seule. Je viendrai te voir dès que je le peux, et, je t'en prie, fais de même. Prends soin de toi et de Sieg."

Une fois le papier déposé, elle se tourna vers Dementieva, et lui signifia que cette fois, elle était prête. La prochaine étape était la porte du village... Une fois qu'elles furent devant, de concert elles se retournèrent pour embrasser du regard les bâtiments qui se découpaient dans la lumière de l'aube...

- Voilà." dit Dementieva. "C'est une page qui se tourne.
- Je ne pense pas... Juste un paragraphe. Tu ne dis pas les choses... Mais tu aimes le Rempart autant que moi.
- Allons-y." répondit Dementieva, bourrue. "On est pas près d'y arriver, sinon."

Elle activa le levier qui ouvrait les grandes portes, peu encline à rester à contempler le village jusqu'à s'attendrir. La jeune guerrière n'aimait pas ce genre de situation...
Alrisha prit exemple sur elle, et lui emboîta le pas... Sauf qu'elle regardait encore derrière elle et ne vit pas Dementieva stopper net à ses côtés. Elle buta sur l'obstacle qui avait arrêté sa compagne de route, et s'étala lamentablement sur la terre ingrate des plaines, tandis que l'obstacle en question sautait sur ses pieds et se mettait à pousser des cris d'orfraie.

"ARRETEZ !! ARRETEZ DE ME TAPER !!!"

Dementieva ouvrait des yeux ronds devant l'hurluberlu qui tournoyait sur lui-même comme pour se débarasser d'un ennemi invisible, tandis qu'Alrisha , les fesses par terre, restait bouche bée.

"JE VOUS PRÉVIENS !! JE SUIS PAS N'IMPORTE QUI !!!!
- Euh... Tu es qui ? Non, non, attends, j'en ai une meilleure" intervint Dementieva. "Qu'est ce que tu fichais à dormir par terre devant la porte du village ?!?"

L'inconnu, après de furtifs regards autour de lui, sembla réaliser qu'il n'y avait pas plus d'agresseur que quelques instans plus tôt. Il se redressa comme un coq en parade,et asséna.

"D'abord, je dormais pas, je méditais. Ensuite, sache que je suis un TRÈS GRAND PRETRE qui vient GÉNÉREUSEMENT offrir ses services à votre euh... petit groupe.
- Ah...
- Oh...
- J'aurais plutôt dit un pilier de taverne... à l'odeur...
- Ou un gigolo du quartier noble, à l'aspect...
- Non, mais, c'est fini, oui ! Peuh ! Stupides idiotes ! Allez, allez, laissez moi passer..."

Dementieva se décala, arquant un sourcil. Alrisha se leva, tout aussi perplexe, tandis que l'autoproclamé grand prêtre passait les portes du village dans le sens inverse, et que celles-ci se refermaient.

"Il faudrait peut-être les prévenir...
- Bof, il n'a pas l'air bien dangereux... Juste particulièrement abruti.
- Espérons qu'il ne les ennuiera pas."

Elles s'occupèrent alors à achever de préparer les chevaux précédemment ameés à l'extérieur en vue du long voyage, puis les enfourchèrent, et, avec un dernier regard au village du Rempart de Cimméria, s'éloignèrent dans les plaines de Lacheish, en direction de l'Aquilonie.


Dernière édition par Alrisha le Ven 3 Avr - 11:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alrisha
Visiteur
Alrisha

Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 11/09/2008

MessageSujet: Re: Amor patriæ nostra lex   Ven 3 Avr - 11:33

____________________________________
____________________________________
Hrp

Les gens, j'ai mis un moment à faire ce texte pour expliquer mon départ, mais c'est juste que je voulais le faire bien (et avec l'aval de Saga puisque j'y inclus Dem)
Je voudrais vous préciser certaines choses.
Je ne vous avais donc pas caché que j'avais pour la Légion Aquilonienne un grand intérêt, comme je l'ai dit à Lyng, de ce fait ça m'embêtait de gérer moi-même les histoires d'intégration de leurs membres à l'Aca, ou les éventualités de rapprochement ou d'alliance, ou encore nos events à venir, en commun avec eux. J'ai eu parfois l'impression d'imposer mes gouts à moi, car même si mes arguments me paraissaient et me paraissent encore solides comme le roc, j'ai aujourd'hui la crainte que vous ne partagiez pas mon point de vue.
J'avais envie d'intégrer la Légion - j'ai d'ailleurs fait un reroll en ce sens . Mais ces derniers temps ont été difficiles au Rempart, et je préfère ne garder que les bons souvenirs (oui j'inclue toutes les fois où vous vous etes payés ma tête...). Cependant, je voudrais quand même rester dans la guilde, avec un personnage plus "léger", plus "fun": mon petit PoM. En espérant que vous l'acceptiez (pour ça, faudrait peut-être ne demander leur avis qu'à ceux qui ne le connaîssent pas encore Sad )
Les motivations que j'ai traduites en RP sont valables IRL, j'aime énormément les zones aquiloniennes, la Légion s'emploie pour 98% à les animer, et je souhaite m'impliquer dans cette démarche, avec celui de mes persos qui convient le mieux.
La raison pour laquelle je suis partie et ai guildé, aussi rapidement après vous l'avoir annoncé à tous n'a peut-être pas été bien prise - et comprise - par tout le monde, aussi je vais vous l'expliquer.
Il y a quelques semaines, alors que mon moral remparteux se minait au point d'affleurer l'infini négatif (Khrauzer et Sitkamon s'en souviennent surement), j'ai demandé à Sylvaelius si, au cas où je quittais un jour le Rempart, je pouvais intégrer sa guilde, ce à quoi il a répondu par l'affirmative. JE lui ai ensuite demandé si, AU CAS OU telle situation devait arriver, il y aurait une place de diplomate, ce à quoi il a également répondu par l'affirmative. Notre échange à ce sujet s'est arrêté là.
Par la suite, plusieurs semaines plus tard, il m'a demandé si j'accepterais de les aider concernant la partie diplomatie, tout en restant bien sur guildée au Rempart, ce à quoi je lui ai répondu que ça me plairait, mais que j'en parlerai à Lyngail avant. Ce que j'ai fait.
Le fait que mon perso soit double me permettait effectivement de guilder l'un d'eux 'officieusement' à la Légion et de laisser 'officiellement' l'autre au Rempart. Certainement pour que cela reste correct vis-à-vis des membres de la Légion, Sylvaelius m'a demandé de réaliser un message sur le forum de la guilde, ce que j'ai entrepris de faire pendant la séance de l'académie (voilà pourquoi j'étais à moitié absente et que je leur parlais essentiellement à eux, et non parce que je vous snobais comme l'ont cru quelques uns é_è ). Après la séance, j'ai eu une entrevue RP avec Sylvaelius concernant les relations Légion/Rempart (voilà pourquoi on était planqués à l'écart, et pas parce que nos persos couchent ensemble comme certains l'ont cru >_< ). Il m'a rappelé HRP après cela que je devais poster le message. Ceux d'entre vous à qui j'ai parlé m'avaient fait comprendre qu'il était inadéquat de guilder chacune de mes Alrisha dans deux guildes différentes, fut-ce officieusement, et, d'un autre côté, que je ne pouvais pas assurer la diplomatie d'une guilde tout en portant le tag d'une autre. Sylvaelius m'a répété à plusieurs reprises qu'il n'était pas nécessaire pour lui que je quitte le Rempart, et s'il est venu à l'esprit de quelqu'un que c'est lui qui a pu m'influencer sur ce point, c'est l'doigt dans l'oeil. Ainsi donc j'ai déguildé de façon assez vive en espérant que vous comprendriez le pourquoi du comment avec le peu d'informations que je vous ai données, et j'espère que ce fut le cas, car pour rien au monde je ne voudrais froisser l'un de vous.
J'ai posté très vite une candidature, le soir même, à cause de la limite de temps imparti pour les nominations au sein de la Légion. Le dimanche soir j'étais guildée, le lundi soir j'étais intronisée, cela devait se faire rapidement afin de conserver une logique vis à vis des membres déjà en place.
Voilà pourquoi cela fut si rapide.

A présent, mon principal souhait est de conserver les liens que j'ai avec chacun d'entre vous (sauf Aernys, je l'aime pas), et surtout que vous ne me gardiez pas rancoeur de ce départ, s'il a pu paraître précipité à certains, d'autres ont eu davantage l'occasion de me supporter durant mes passages à vide et savaient que je finirais par partir, alors je tiens à m'excuser auprès des autres, ceux que cela a pu surprendre.
Lyng, lorsque je parlais d'être présente pour le T3, j'étais sincère, mais je pensais à mon petit PoM...
Je suis passée à plusieurs reprises sur le TS, mais il n'y avait personne... Sad Khrau me dit qu'il faut aller vous chercher sur le Ventrilo des Animi, erf.

Je vous embrasse tous (sauf Aernys, je l'aime pas) et j'espère vous recroiser très vite en jeu à défaut de vocal Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyngail
Membre de L'esprit


Nombre de messages : 340
Date d'inscription : 28/05/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Amor patriæ nostra lex   Ven 3 Avr - 12:03

Du sommet du Donjon d'où elle observait le soleil se coucher derrière les montagnes, elle vit Alrisha et Dementieva sortir de Gwilherm sans un bruit. Elle vit aussi un petit blondinet qui s'avançait en profitant de l'ouverture des portes, et se dit que les gardes allaient sûrement lui apprendre à vivre avant de l'enfermer dans un cachot pour que les membres du Rempart puissent l'interroger en toute sécurité. Elle sourit à cette pensée, refusant pour le moment de bouger.

Ce n'est que bien plus tard, alors que le blondinet attendait sûrement la visite de quelqu'un, qu'elle découvrit la lettre. Et ce fut un déchirement qu'elle ressentit, non pas parce que le Rempart perdait deux paires de bras vaillants, mais parce qu'elle avait appris à aimer les deux femmes. L'attachement était une faiblesse, elle l'avait toujours su... Et cette sensation qui lui faisait perdre pied en était une nouvelle preuve.

Elle s'assit lourdement sur son siège, laissant tomber la lettre à terre. Elle ne versa qu'une larme, qu'elle laissa couler lentement sur sa joue avant de la chasser avec négligence.

Il s'agit de votre choix, et nous nous devons de le respecter, pensa-t-elle.

Se levant, elle ramassa le parchemin et le reposa sur son bureau. Son attachement avait été une erreur, elle le savait à présent. Elle s'était assouplie et avait pris l'affection pour argent comptant, laissant tomber l'armure qu'elle s'était forgée après tant d'années. Et quand bien même elle n'en tenait pas rigueur à Alrisha d'avoir choisi une autre voie, son amertume était clairement visible sur son visage. Elle passa une main sur son front, prononçant quelques mots à voix basse.

Au moins ne va-t-elle pas contre ses principes en continuant à servir Conan, c'est déjà ça.

Elle laissa la lettre bien en vue, au milieu de son bureau, pour que les autres la trouvent. Elle alla jusqu'à l'écurie, harnacha sa monture et sortit de Gwilherm. Un garde essaya bien de lui parler du blondinet qui demandait à parler aux membres du Rempart, mais le regard froid de la jeune femme lui fit renoncer à aborder le sujet dans l'immédiat.

On ne la vit pas de la journée. Ce qui était certain, c'est qu'elle avait besoin de se calmer, et qu'un bon nombre de Vanirs moururent ce jour là. Pour ceux qui parlent leur langue, il se dit plus tard qu'une furie vint ravager plusieurs village, se jetant dans la mêlée et massacrant tout sur son passage.




[Hrp]
Pour l'explication Hrp de mon ressenti, le mieux est de le faire en vocal, je pense. J'ai des choses qui doivent être dites, et je pense que toi aussi. Bref, on essayera de se choper, alors, soit sur le TS, soit sur le Ventrilo (qui, au passage, n'est plus celui des Animi, mais bien celui des Animi ET du Rempart ^^). Enfin, voila, dis-moi quand tu es dispo.
[/Hrp]

_________________


Dernière édition par Lyngail le Ven 3 Avr - 17:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rempartdecimmeria.forumsactifs.net
Khrauzer
Membre de L'esprit


Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 26/09/2008
Age : 36
Localisation : Quelque part à ecumer les champs de bataille

MessageSujet: Re: Amor patriæ nostra lex   Ven 3 Avr - 16:54

Khrauzer était parti faire un tour dans la vallée la nuit tombée, une fois de plus il vaquait à ses propres occupations alors que tout le monde était endormi, du moins c'est ce qu'il croyait puisque c'est justement cette nuit là que les deux femmes avaient signé leurs départs. Il était rentré alors qu'elles s'étaient déja éloignées, il ne les avait donc pas croisées, mais avait par contre aperçu une silhouette aux cheveux dorés qui braillait. Bof pas d'humeur, il profitait donc de ses facilités à se faire discret pour penetrer dans l'enceinte avant que les gardes ne viennent lui demander conseil et prennait donc la direction du Poing où il aperçu une Lyngail qu'il n'avait pas l'habitude de voir. Visiblement ce n'était pas le moment d'aller la voir, tant pis il fit un tour ailleurs et une fois la guerriere sortie, il penetra de nouveau dans le bureau et découvrit la première lettre, celle qui s'adressait à l'ensemble du Rempart. Le regard de loup de l'Aesir parcoura la lettre rapidement, son visage concervant une impassibilité qui ne laissait deviner ce qu'il ressentait en son fort interieur. Puis il reposa l'ecrit sur le bureau, commentant sa lecture d'un haussement d'épaules.


"Pffff je t'en foutrais des couilles de wargs. Machin t'es trop génial, et toi t'es trop sage, oh oui t'es trop belle, Khrauzer rapporte moi des couilles de warg. Casse toi ingrate."



Ben quoi? Fallait bien qu'il râle non? Si. Certes il avait droit par la suite à une lettre d'explication rien que pour lui, mais quand même, de tous il était le seul dont on n'avait pas relevé la moindre qualité, et ça croyez-le il ne se gènera pas pour le lui faire remarquer à cette ingrate rouquine amatrice d'hommes en jupes. Tiens alors qu'il prennait place sur son bureau il remarquait justement cette lettre qui lui était adressée et la lisait donc, de la même manière que la précedente. Cette fois-ci sa réaction fut traduite par un soupir, certes il n'y avait rien de surprenant pour lui là-dedans, bien qu'il repensait à cette fameuse soirée à Khemi, il y a maintenant....si longtemps que ça parait une autre vie. Alrisha et lui-même se tenaient sur une dune au bord de l'eau, il lui racontait sa journée à massacrer du vanirs et elle l'ecoutait en faisant semblant de s'y interesser, puis elle lui fit part de son projet le concernant, rejoindre le Rempart de Cimméria, faire ce qu'il y avait de bien. C'était elle qui l'avait amené ici, et même si depuis il s'était fait une place, gravit les échelons, l'idée de ne plus partager son idéal avec sa soeur avait quelque chose de déplaisant, un gout amer.

Une deception? Surement, mais il ne laisserait pas le temps à celle-ci de s'installer car déja il retournait à ses fonctions, observait les ordres de missions, rédigeait une lettre pour Palantides. Puis au bout d'une petite heure, il sorti des locaux du Poing et se dirigea vers l'entrée, le blondinet devait encore y être, il allait l'accueillir, ça allait changer ses habitudes mais après tout....depuis ce fameux départ, plus rien ne serait pareil.



[Hrp : Bneh.

Plus sérieusement, on a déja discuté plusieurs fois depuis sur skype, je n'ai rien à dire concernant ton départ. Ah si, j'suis mieux qu'eux Cool ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aernys
Visiteur


Nombre de messages : 140
Date d'inscription : 29/05/2008
Localisation : Au labo, tiens, ou veux tu que je sois !

MessageSujet: Re: Amor patriæ nostra lex   Ven 3 Avr - 18:36

Du sommet de sa tour d'alchimie (ou il se perchait souvent pour mediter, regarder le paysage, espionner le village, et se proteger de certaines vapeures toxiques et corrosives) le vieux shemi aperçut la rouquine et la cruche blonde se diriger vers la porte. Il vis aussi le blond, futur traumatisé la franchir dans l'autre sens.

Quelques minutes plus tard, il vite Lyng quitter le batiment du poing, Khrauzer y entrer apres avoir attendu qu'elle parte et ressortir lui aussi.

- Ouh... je sens le secret, et le potentiel chantage...

Il descendit, et alla directement dans les locaux du poings, ou il trouva une lettre, qu'il lu.

-'cor heureux qu'elle aie jamais compris... manquerais plus qu'une cruche pareil me démasque par les burnes de Nergal... sympathie... j'ai été trop gentil...

Le vieux tire longuement sur sa pipe.

- Mouais, elle fait c'qu'elle veux moi j'm'en cogne... Sauf que ça va faire déprimer la moitié du pays... d'ja que c'est pas drôle de base... bordel.

Il fit demi-tour puis se figea... relu la lettre.

- Par la faux de Namtar, cette petite peste blonde ! Cette demi cervelle de picte ! Cette ! Cette !

Le vieux se mit a courir en lancant des sorts vers la porte et en hurlant (il courrais même sacrément vite pour son age)

- DEMENTIEVAAAAAA ! SALE PETITE CRUCHE IMBECILE ! IDIOTE ! ICONOCLASTE ! IGNARDE ! RAMASSI DE MAINS GAUCHES ! JE VAIS TE LA FAIRE BOUFFER, MON OUVRAGE UNIQUE SUR LA MAGIE ATLANTE !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Amor patriæ nostra lex   

Revenir en haut Aller en bas
 
Amor patriæ nostra lex
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Parefeu windows activé , souhait de mettre oneline amor

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Rempart (partie RP) :: Le feu de camp-
Sauter vers: