AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Khrauzer. Un long parcours intiatique.

Aller en bas 
AuteurMessage
Khrauzer
Membre de L'esprit


Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 26/09/2008
Age : 36
Localisation : Quelque part à ecumer les champs de bataille

MessageSujet: Khrauzer. Un long parcours intiatique.   Ven 26 Sep - 18:42

[Hrp/] Voila le début du BG de mon conquérant que je ferai également en plusieurs parties. J'espère que ceux qui le liront l'apprecieront, et laisseront leur avis même s'il n'est pas favorable^^. [/Hrp]






La nuit était tombée sur les plaines de la rude Cimmérie, au loin l'on apercevait les lueurs des chaumières du village de Conarch, ses disputes autours d'un tonneau de bière, ses railleries concernant les aptitudes guerrieres des jeunes loups assoifés de gloire et le cliquequits metalliques des armures des gardes pendant leur patrouille. Une silhouette se dessinait aux portes du village, rapidement interceptée par la faction de guerriers veillant à la sécurité de la communauté. L'homme tenait un voile blanc dans ses mains, épuisé d'une longue route depuis le Pointain, seul lieu où il avait pu dégoter l'offrande recherchée. La lance d'un des gardes s'avança, menaçante vers la gorge de l'arrivant encore dissimulé dans l'obscurité.


-"Halte ! Qui va là?"


Aucune réponse ne fut prononcée par le jeune guerrier, qui sourire aux lèvres dévoilait enfin son visage à la fois ravi de rentrer chez lui et fier du présent qu'il rapportait. L'arme fut baissée, le garde reconnaissant le jeune Khrauzer parti plusieurs jours plus tôt en quète d'un cadeau digne du mariage de sa soeur cadette. Ils s'echangèrent quelques mots, louant Crom et pestant contre la vermine vanir qui sevissait plus au loin, aux portes du village du clan Moragh. Puis, après promesse de se retrouver plus tard à la taverne, les deux hommes se séparaient, l'un reprennant sa ronde, l'autre hâtant sa marche pour rejoindre sa famille. Le père de Khrauzer était forgeron, avec l'age ses aptitudes s'étaient quelques peu emoussées, mais le travail qu'il effectuait était toujours de bonne facture. Khrauzer avait passé son enfance à observer son paternel forger les armes des guerriers, se languissant du jour où de la forge jaillirait la lame qui serait sa plus fidèle compagne. Comme beaucoup de Cimmériens, il vouait sa vie à l'acier, vivait pour et par ce métal froid né dans la fournaise. Captivé par le spectacle des étincelles qui jaillissaient à chaque coup de marteau, il pouvait rester des heures à observer ces gerbes luminescentes s'envoler puis disparaitre dans l'air.
Et des étincelles il en eu ce soir là...Bien plus voyantes que celles provoquées par le travail de la forge. La demeure de Khrauzer était un peu isolée du reste du village, mais de celui-ci l'on pouvait déja percevoir l'odeur d'une fumée opaque et épaisse, signe avant-courreur de mauvais augure. Malgrè la fatigue le blond se mit à courir, un mauvais pressentiment s'emparant de lui au fur et à mesure de son avancée. Pressentiment qui se voyait justifié lorsqu'il parvint à hauteur de ce tas de bois fumant qui abritait il y a encore quelques heures sa demeure, et sa famille. Au sol, trois cadavres à la peau noircie par la caresse des flammes gisaient. Après examen rapide, il s'averait qu'ils étaient déja morts égorgés avant qu'on ne les brûle, mais le mur de feu empechait l'apprenti guerrier de les tirer de ce brasier. Serrant le voile dans sa main, le regard presque absent, Khrauzer observa presque sans réaction les vestiges de sa vie passée s'envoler en même temps que la fumée qui alertait enfin le reste du village. Il sentait sur lui les regards de ses 'voisins', entendait leurs remarques et leurs messes basses.


"Ils ont tous été incinérés, ils ne pourront reposer en paix. Il est désormais impossible de les enterrer auprès de leurs ancêtres."



Mais toujours aucune réaction de la part du principal interessé, qui demeurait prostré à l'entrée des ruines d'une chaumiere devastée. Un coup des vanirs, venus en éclaireurs. Il y eu bien un soldat, qui posait une main compatissante sur l'epaule du gaillard, mais toujours rien, muet comme la tombe que l'on refusait aux siens, Khrauzer se détournait lentement, traversa la foule et disparut de leur vision, se dirigeant vers la vallée de Conall.
Alors que le silence regagnait Conarch, le hurlement des loups retentissait dans la vallée plus loin. Parti seul, avec ce voile destiné à parer celle qu'il n'avait su proteger Khrauzer avait contourné le village pour rattraper la bande de pillards qui avait brisé le calme familial. Il s'empara d'une pierre aussi grosse qu'un visage humain, et quand il se glissa parmis les ombres jusqu'au campement de la vermine qu'il observait de son regard de loup. Il les entendit rire et se vanter de leur forfait, son regard de loup n'exprimant plus que rage, et lorsqu'il reprit ses esprit, il avait sauté sur le premier d'entre eux à qui il avait fracassé le crâne avec la roche. Deux autres guerriers vanirs se ruèrent immediatement sur lui, Khrauzer recupera l'épée à deux mains de sa victime et leur fit face avec une rage animale. Ceux que l'on appellait berserkers étaient surement plus experimentés que lui, mais emporté par sa soif de sang il faisait jeu égal avec ses opposants, le choc des lames retentissant dans le campement, provoquant des étincelles à chaque fois que les épées s'entrechoquaient. L'esprit de Khrauzer lui était loin, il revoyait à travers ces étincelles la forge et les conseils de son père, le calme et le sourire de sa mère, et le rire et l'espoir de sa soeur. Lorsqu'il reprit ses esprit, il était entouré d'une dizaine de cadavres, pris de frenesie il n'avait même pas eu conscience de la venue de renforts. Son torse était parcouru d'entailles plus ou moins profondes, et le voile attaché à son poignet avait perdu son blanc immaculé pour se parer desormais d'un sanglant rouge de sang vanir. Pourtant il ne ressentait toujours pas de fatigue, il en voulait encore, les tuer tous jusqu'au dernier d'entre eux. Pour la première fois, alors qu'il prennait conscience de ce qu'il venait d'accomplir, il exprima sa douleur dans un rugissement puissant. Son cri rauque retentit dans la vallée comme un macabre appel à la violence et au carnage. Mais ceux qui y repondirent ne furent pas ceux qu'il avait appellé.
Un groupe de cinq hommes l'avait rejoint, ils n'étaient manifestement pas des fils d'Ymir, la peau aussi sombre que le tissu qui les revetait, ils l'observaient tout en ricannant.
Le regard du guerrier se posa sur eux, le temps semblait être devenu une donnée tout à fait relative alors que les deux parties se jaugeaient. Puis les hommes en noir fondirent sur lui comme un seul homme, excepté l'un d'entre eux qui demeurait à distance pour se delecter du spectacle. Ils étaient forts...trop forts pour un combattant encore inexperimenté. Avec des methodes conventionnelles il serait mort en moins de deux minutes, lacéré de toutes parts. Mais il n'avait plus rien à perdre, et se retrouvait d'autant plus dangereux. Au diable les manoeuvres strategiques qu'il n'avait jamais appris, il utiliserait la force que Crom lui a legué, sa carrure, son poids et son corps comme bouclier. Survivre, coute que coute, même s'il doit perdre l'integralité de ses membres, même s'il doit mourir là, il les emmenera avec lui. L'acier parlait de nouveau dans le campement vanir qui n'en abritait plus, les cris du Cimmérien retentissaient, toujours plus hargneux et sauvage. Il laissait volontairement des ouvertures à ses assaillants, pour profiter ensuite de leur attaque et leur assener un coup qui lui serait mortel. Une dague avait été plantée dans sa cuisse gauche, plutôt que d'hurler et de se tordre de douleur, il avait sauté sur le stygien, l'aggripant par les épaules avant de le mordre à la gorge, comme un loup.
Il se servit ensuite du cadavre comme projectile sur les deux autres qui fonçaient sur lui, cela leur fit perdre l'equilibre alors qu'il se jeta sur le troisième, lui fracassant le crâne de la lourde épée qu'il avait ramassé. Les deux combattants restants semblaient désarçonné d'une telle sauvagerie, l'esprit combattif du barbare au lieu de s'amenuiser avec les blessures ne faisait que croître, alors que la mort lui tendait les bras. L'un d'entre eux le contourna par la gauche, tandis que l'autre l'occupait en multipliant les assauts de front. Khrauzer tituba, et cet instant d'hesitation lui empecha d'esquiver le coup suivant. Un coup d'épée lui fut porté au visage, du haut vers le bas, par chance le desequilibre lui sauva la vie, et il s'en sortait avec "seulement" une large balafre qui venait scinder son oeil gauche. De nouveau sur pied, il ne perdit pas de temps pour se ruer au contact, et cette fois eu le dessus sur ses deux assaillants. Les quatres assassins étaient morts, et lui épuisé. Il avait beau regardé autours de lui, le souffle court, il ne parvenait pas à situer le dernier, celui qui était resté en retrait. Ce lache avait du fuir en observant la déroute de ses hommes, pensa-t'il.
Mais il avait tort. Par derrière deux serpents fantômatiques venaient entraver ses mouvements, et malgrè tous ses efforts ils ne parvenaient pas à briser ce maléfice qui paralysait ses muscles, tandis que le sorcier lui se glissait à la manière d'un serpent derriere lui, déposant une dague sur la gorge du Cimmérien. Alors c'est comme ça qu'il allait mourir? Sans même pouvoir observer son meurtrier dans les yeux. La honte, la rage et même le desespoir s'entremellaient dans le flux d'emotions du guerrier, il pouvait sans se retourner deviner le rictus du ce maudit adepte de la magie noire, célebrant déja son forfait. Impossible pour lui de rester là à attendre qu'on l'egorge comme un goret, hurlant de toutes ses forces, il parvint à bouger une main, et sans réflechir se transperça lui-même l'abdomen de sa lame, qui elle venait terminer sa course dans le poitrail de son assaillant.


-"Tu es fou barbare...Que t'apporte la victoire si tu dois par la même occasion perdre la vie?"


Khrauzer retira lentement la lame de son corps, manquant de s'effondrer en crachant du sang. Il répondit au stygien d'un sourire, peu lui importe de mourir s'il s'est comporté en vrai guerrier. Le mage s'effondra, et Khrauzer aux portes de la mort, observa le cadavre de ce dernier. Son torse était orné d'une étrange marque, ce n'était pas celle du Dieu Serpent, quelque chose d'inquietant s'echappait de celle-ci. Mais avant qu'il n'eut le temps de l'examiner avec attention (et accessoirement de s'ecrouler comme un tas de viande) un autre mage surgit derrière lui et le projetta violement sans même avoir à le toucher. Khrauzer chuta du rocher et termina sa course dans la rivière, où il fut considéré comme mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Khrauzer. Un long parcours intiatique.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Garmin Edge 705 fichier gpx très long à ouvrir
» [RESOLU] Edge 605/705 - Sur quel site Internet aller pour créer puis exporter un parcours exploitable par mon GPS
» Enregistrer un parcours.
» Simulation parcours
» [Résolu] pc anormalement long et infecté

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Rempart (partie RP) :: Le feu de camp-
Sauter vers: